Bioboa.fr

Mutuelle pour tous : L’opinion des partenaires

Pour ANDRH

Pour l’ANDRH, la généralisation de la mutuelle est mal perçue. Elle a réalisé un sondage donnant lieu à 169 réponses.

Un audit sur le contrat collectif en matière de mutuelle santé depuis janvier 2015 a-t-il été réalisé ? 64% ont dit oui tandis que 12% sont en train d’organiser cela.

Le panier de soin est-il conforme ? 78% avouent être conformes, 20% affirment ne pas l’être et 2% disent ne pas savoir.

Est-ce que le contrat est responsable vis-à-vis des nouvelles dispositions ? 42% affirment être conformes, 12% n’ont aucune idée, 21% sont contraints de le changer dès janvier prochain et 25% jusqu’au début d’année 2018.

Pour CGPME

Selon la CGPME, 80% des PME envisagent d’adopter cette couverture. Reste juste à se préparer pour diffuser l’information et à mettre en conformité les entreprises.

Concernant les entreprises n’ayant pas encore de couverture auprès des accords d’entreprises et des accords de branche, des solutions sont envisagées par la CGPME. Même si l’arrivée de nouvelles règles provoque une certaine réticence auprès de cette dernière, celle-ci est cette fois-ci favorable à la généralisation puisque la santé des salariés est valorisée.

Pour l’UPA

En 2013, l’UPA avait approuvé l’ANI concernant cette généralisation. D’après elle, cette couverture développera l’artisanat et les commerces de proximité. Toutefois, l’UPA reste sceptique avec la censure des clauses de recommandation et de désignation.

La généralisation provoque la crainte des entreprises du secteur. Outre le ‘dumping’, elles craignent une augmentation du montant des cotisations.

Pour CJD

Pour CJD, la plupart de ses membres ne bénéficient d’aucun complémentaire santé. Ce sera donc difficile pour eux de se préparer à cette réforme avant le 1er janvier 2016.

D’un côté, l’ANI est compliqué. Et d’un autre côté, les dirigeants ont déjà d’autres préoccupations. Le CJD perçoit cette mesure comme une contrainte et non une opportunité.

Pour UNAPL

Les professions libérales avouent ne pas être prêtes avant la fin de cette année. Les discussions qui devaient déboucher vers un ‘accord-cadre’ ont été abandonnées en 2013, car plusieurs décrets n’ont pas été publiés à temps. Mais les négociations vont reprendre et se porter sur l’instauration d’un dispositif à destination des professions libérales.

Pour les branches constituées, les clauses de désignations ont été abandonnées au profit des clauses de recommandation. Rendant donc complexe sa mise en application, beaucoup de TPE Libérales sont anxieux vis-à-vis de cette réforme.

Have something to add? Share it in the comments.