Bioboa.fr
otage

Lazarevic, dernier otage français libéré, confesse ses conditions de détention

En cette fin d’année 2014, il est le dernier otage français à avoir été libéré. Libéré d’un enlèvement le 24 novembre 2011, au Mali, par Al-Qaïda. Se distinguant par sa carrure de colosse, comme le dévoile sa photo populaire non datée, entre les mains de ses ravisseurs, Serge Lazarevic confesse ses conditions de détention au Maghreb islamique. Des conditions très dures.

Serge Lazarevic, gardé en otage dans des conditions de torture

Il aurait été torturé. Tels sont les termes utilisés par Serge Lazarevic, dernier otage franco-serbe libéré, sur ses conditions de détention durant ces 3 ans passés entre les mains d’Al Qaïda. S’il est connu pour sa carrure imposante (1,98 m, 120 kg à 51 ans) son activité professionnelle reste pour le moins imprécise. Sa mobilisation est l’une des plus discrètes de l’histoire, toutefois, le traitement subi lors de son enlèvement par cette grande personnalité décrit comme un touche à tout (entre autres un ingénieur) et comme un aventurier fait couler de l’encre. Selon ses premières déclarations, Lazarevic aurait été « dans l’ensemble » traité correctement durant sa captivité, ayant alors été en outre beaucoup transporté. Mais, selon ses dernières confidences, son séjour aurait été tout autre et se résumerait à deux mots qui évoquent des conditions de détention difficiles : sévices et tortures.

D’huile, de pain et d’eau fraîche

Du pain à la place des trois repas de la journée (parfois des pâtes au dîner), de l’eau le matin, tel aurait été le régime alimentaire imposé à Lazarevic lors de sa détention. Une alimentation certainement pauvre, qui lui a valu d’être malade plusieurs fois. Autres tortures subies par l’ancien otage : des corvées éprouvantes tout le long de sa captivité et une séquestration sans pouvoir bouger durant un mois.

Lazarevic : aucun mystère

Certes, Serge Lazarevic reste un mystère pour plus d’un, toutefois, selon le directeur de son comité de soutien, Pascal Lupart, il n’y a justement pas de mystère, pas de secrets concernant son cas. L’ancien otage français est tout simplement discret et a peu d’amis. Mais, ses déclarations succinctes ont probablement été préconisées par les services secrets français.

 

Have something to add? Share it in the comments.