Bioboa.fr
produits-bio

Les produits bio : succès et croissance

Mardi 17 mars, les agriculteurs bio un peu partout en France se sont mobilisés pour demander des garanties sur l’avenir des aides qui leur sont versées pour pouvoir se maintenir dans ce type de production. Le Gouvernement a approuvé leur demande, tout en sachant la constante progression de la demande de produits bio.

Cette tendance européenne de long terme se constate sur le marché français. En 15 ans, on a pu voir les ventes de produits biologiques en Europe ont quadruplé, avec une production doublée, et des surfaces cultivables affichant une hausse de 10 %.

On estime aujourd’hui à 20 milliards d’euros, le chiffre d’affaires du segment au niveau européen. En gros, c’est l’équivalent d’un point de croissance du PIB français en une année.

Seul le marché français représente 5 milliards d’euros, et on estime qu’en 2018, il va atteindre les 7 milliards.

Le paysage avec la production en amont et la distribution en aval

De nos jours, on peut apercevoir un paysage très verdoyant, atomisé, avec de nombreuses enseignes représentant environ le quart du marché national de la distribution. Le reste est intégré par les grandes surfaces. Ce sont dans les hypers et supermarchés que 72 % des consommateurs bio se rendent pour leurs courses.

Malgré tout, les enseignes de proximité augmentent de plus en plus. Historiquement, il y a eu La Vie Claire, puis Naturalia, BioC’bon, Les Nouveaux Robinson, Eau Vive, Satoriz, Naturéo et enfin Biocoop. La coopérative de onze groupements de producteurs agricoles a fait un bénéfice net de près de 3 millions et demi d’euros en 2014, soit une hausse de 70% comparée à 2013.

Les enseignes de proximité sont les plus sollicités que les grandes surfaces malgré les coûts supérieurs

On dit que les produits bio sont très chers. Dans les grandes surfaces, ils sont moins coûteux mais les consommateurs avertis restent sur leur principe de toujours en avoir pour leur argent.

Ce sont dans les hypers marchés que l’on peut acheter des produits moins chers. Toutefois, les consommateurs comme les producteurs prêtent une vive attention sur qualité des produits par rapport à leurs prix, même garantis par des labels comme AB ou Demeter. En général, ces labels sont suspectés d’assouplir le cahier des charges pour élargir l’estampille bio.

Le petit producteur de proximité et le réseau de distribution local sont devenus une vraie tendance et redeviennent des valeurs sûres.

Have something to add? Share it in the comments.