Bioboa.fr
produits bio

Les magasins bio et la crise de la consommation

Plus de 10 % de hausse des ventes pour Biocoop et Naturalia

Progressions correspondant à la croissance du marché

Pouvoir augmenter les ventes de plus de 10 % en valeur absolue lorsqu’on vend plus cher et que le marché de la distribution alimentaire s’enfonce dans la stagnation est une grande performance. Biocoop, un magasin spécialisé dans les produits bio a annoncé une hausse de 13,4 % du chiffre d’affaires de son réseau, à 657 millions d’euros (+ 9 % en comparable). Il y a aussi Naturalia, filiale de Monoprix, qui a affiché une hausse de supérieure à 10 % sur son activité.

La faiblesse de la croissance économique et les contraintes sur le pouvoir d’achat n’arrivent pas à se mettre à l’encontre de ces spécialistes. Le marché français a progressé de 10 % l’année dernière, à environ 5 milliards d’euros, et il devrait parvenir à 6,7 milliards en 2018, selon l’Agence bio. Cela représentera 3,7 % du marché alimentaire total. Le bio est une niche prospère avec une clientèle étendue. Selon les études, 88 % des Français consomment au moins occasionnellement des produits bio. Dans le courant de l’année 2003, 46 % des Français ont déclaré ne jamais consommer bio, et de nos jours, ils ne sont plus que 12 %. 92 % des consommateurs certifient vouloir maintenir, et même augmenter les achats bio dans les six mois à venir.

Des réseaux à étendre

44 % du marché sont occupés par des grands groupes de distribution qui ont investi massivement ce secteur. Ils représentent plus que les spécialistes eux-mêmes, notamment Biocoop, Naturalia, et La Vie Claire ou Bio c’ Bon qui présentent 33 % des ventes. Deux magasins spécialisés Carrefour Bio à Paris et Boulogne-Billancourt ont même été testés.

De nombreux réseaux et des commerces de proximité qui sont en cours de développement veulent conquérir les consommateurs. 17 nouveaux points de vente ont été ouverts par Biocoop en 2014, qui seront suivis de 20 autres, pour 2015. Naturalia en a inauguré 15 en 2014. Franck Poncet, nouveau directeur général et ancien logisticien de Biocoop a déclaré qu’ils vont accélérer le rythme des ouvertures. Biocoop mise 10 millions d’euros pour optimiser son organisation logistique. Les zones rurales seront aussi sollicitées par un concept de magasin qui leur sera dédié et qui sera lancé par la coopérative.

Bio : gourmand ou militant

Franck Poncet estime qu’il y a les bio militants et les bio gourmands. Alors que Naturalia prétend que son objectif est juste de démocratiser le bio, le rendre accessible et moderne, Claude Gruffat, président de Biocoop exprime que le développement de leur projet est politique. Equitable et Français, les produits bio que vend la coopérative représentent 24 %. Cette équité concerne surtout les producteurs du Sud comme ceux du Nord. Elle apportera donc une aide financière sur la transformation de terres en agriculture biologique. Mors de la prochaine campagne de communication, il y aura des visuels peints et non pas conçus par ordinateur, un film tourné avec une caméra mécanique, et un site web aussi léger que possible.

Have something to add? Share it in the comments.