Bioboa.fr
insecte-drone

Un coléoptère modifié en bio-drone

Contrôler le vol d’un coléoptère équipé d’un sac à dos électronique, c’est un dispositif mis au point par des chercheurs.

Ce n’est pas aisé de fabriquer un nano-drone volant de la taille d’un insecte, puisque l’aérodynamique d’un vol battu est très difficile à élaborer à cette échelle, et que développer une batterie miniature performante à ce concept est très compliqué. Cependant, le mieux à faire pour le moment pour mettre au point un drone insecte est de partir de l’insecte lui-même. Son évolution lui a permis de disposé de son aérodynamique, de ses mouvements et de sa consommation en énergie, qui sont optimisés. Puis après, ce seront aux chercheurs de trouver le moyen de prendre son contrôle. Ce sont les chercheurs de l’université Technologique de Nanyang et de l’université de Californie ont réussi à le réaliser. Pour ce faire, ils ont placé, sur d’un gros coléoptère (Mecynorrhina torquata), une carte électronique ayant la capacité de contrôler son vol.

Le résultat a été obtenu en deux temps. En premier lieu, les chercheurs ont fixé des petites cartes électroniques pesant entre un gramme et un gramme et demi sur le dos de ces robustes coléoptères. Ces cartes sont constituées d’un émetteur-récepteur, permettant d’échanger des données avec un ordinateur, d’une petite pile de 3,9V et 6 électrodes. Elles sont fichées dans le système nerveux de l’animal. Ces électrodes, avec lesquelles les chercheurs ont pu savoir les muscles impliqués dans le vol de ces insectes, se trouvent à différents endroits. Un de ses muscles a attiré l’attention de ces chercheurs, car il est utile pour replier les ailes une fois le vol terminé et contribue aux changements de direction effectués par le coléoptère. C’est pour stimuler ce muscle que les électrodes ont été fichées dans le système nerveux de l’insecte. Ce concept vise à mettre au point un insecte téléguidé qui aura la capacité de se faufiler n’importe où. Par exemple, il sera utile pour repérer des victimes sous des décombres, ou dans des zones inaccessibles aux sauveteurs. Auparavant, ces chercheurs ont voulu développer un autre projet mettant aussi en jeu des insectes téléguidés. Backyard Brains, un groupe de biohackers a lancé en 2013 un projet kickstarter qui a connu un succès. Il avait comme objectif de commercialiser un kit électronique qui permet de piloter un cafard en branchant un dispositif directement sur ses antennes.

Have something to add? Share it in the comments.