Bioboa.fr
ayant-droits face au piratage

Les publicitaires invités à agir en faveur des ayant-droits face au piratage

Tous les moyens sont bons pour tenter de freiner le piratage qui sévit sur Internet. Cette fois, le gouvernement invite les publicitaires à respecter une charte les invitant à négliger toute collaboration avec les sites qui contribuent à la diffusion des contenus piratés sur la toile. Dans la mesure où il s’agit de la période prévue pour la publication de la charte, le mois de février s’annonce bouleversant.

 Piratage : une charte pour les publicitaires préparée par Mireille Imbert-Quaretta

Mireille Imbert-Quaretta, magistrate et présidente de la Commission de la protection des droits de l’Hadopi ou CPD, est le haut fonctionnaire qui a été choisi par le gouvernement pour rédiger une charte invitant les principaux acteurs de la publicité en ligne à ne plus s’associer avec des sites défavorables aux ayant-droits. Une mission qui devrait porter ses fruits en février. Intermédiaires techniques et financiers seront également concernés par le devoir exigé par le gouvernement, en vue notamment de réduire le téléchargement illégal en P2P (permettant de partager des œuvres piratées en téléchargement direct), ainsi que les visionnages en streaming.

 Une riposte graduée pour combattre le piratage en ligne

La charte en question dévoilerait en fait une riposte graduée, qui impliquerait les intermédiaires, par lesquels le piratage en ligne se trouve facilité. Ces derniers seront notamment appelés à signer des accords visant à filtrer les contenus illicites. En cas de refus de collaboration, une saisie de leur nom de domaine voire un blocage par les fournisseurs d’accès à Internet pourra être exigé.

 Les autres techniques de riposte contre le piratage sur le Net

La charte proposée par Mireille Imbert-Quaretta avance deux autres procédures de riposte contre le piratage sur la toile. D’une part, la réduction de la visibilité de l’offre illégale sur les moteurs de recherche. Cela se ferait alors en annulant totalement le référencement du site concerné ou en le déclassant. D’autre part, geler les revenus tirés du piratage et encaissés particulièrement par les régies, services et annonceurs publicitaires.

Have something to add? Share it in the comments.